[/Played]

A la poursuite de ses rêves numériques…

Akira Yoshimura – La guerre des jours lointains

leave a comment »

Quatrième de couverture:

Seconde guerre mondiale, au sud-ouest du japon, l’officier Takuya Kiyohara est affecté au quartier général des forces armées. Jour et nuit, il coordonne les informations concernant les intrusions d’avions américains, note la violence incessante des bombardements, puis l’ampleur sans précédent de la déflagration de la bombe atomique larguée sur Hiroshima. Vient l’annonce de la défaite, le 15 août 1945, avec la déclaration solennelle de l’empereur exhortant la population exténuée, hébétée, à « supporter l’insupportable. » Ce jour-là, l’état-major donne l’ordre d’abattre dans les plus brefs délais les aviateurs récemment faits prisonniers. Quelques semaines plus tard, le jeune officier Kiyohara apprend qu’il est recherché par les autorités pour crime de guerre. Une longue fuite commence, une errance infinie, au cours de laquelle Takuya tente d’échapper au jugement d’un pays dévasté par l’horreur de la guerre, de se fondre dans l’anonymat de la population civile de son pays occupé, appauvri, anéanti par les destructions massives. Mais ce cheminement vers la rédemption ne sera pas suffisant pour effacer en lui la lumière de l’été dans la clairière où furent décapités ces grands hommes blonds.

« La guerre des jours lointains » est mon premier livre d’Akira Yoshimura. Impossible donc de faire la louange de cet auteur ou de son style et pourtant au plus profond de moi je ne peux m’empêcher d’admirer, déjà, l’écrivain. Ce roman m’a profondément touché par la justesse des sentiments de Takuya Kiyohara.

Akira Yoshimura nous raconte la fuite d’un homme qui souffre. Il n’est rien de plus injuste qu’un homme en fuite qui se sent innocent. Takuya souffre d’avoir assassiné un homme, mais puisque cet homme à lui-même assassiné des centaines, voir des milliers de personnes son acte n’est-il pas justifié ? Il ne comprends pas qu’en temps de guerre et suite aux atrocités commises, on lui reproche à lui ce que l’on ne reproche pas aux autres, les vainqueurs. Plus dur encore, sa propre patrie semble se retourner contre ses militaires, les perdants. Dès lors, malgré l’incompréhension qui s’empare de lui, il doit se résoudre à fuir et se cacher de son propre pays pour lequel il s’est battu.

D’une incroyable précision dans la description des sentiments et dans la retranscription d’une époque, Akira Yoshimura écrit un magnifique roman sur l’âme humaine. Loin d’une fuite hollywoodienne, ici ce sont les sentiments qui s’entrechoquent. La peur, l’inquiétude, l’incompréhension, l’espoir se livrent bataille au plus profond de Takuya. Akira Yoshimura nous conte cette bataille épique dont on ne peut ressortir indemne.

Written by Piki

13 septembre 2010 à 20:07

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :