[/Played]

A la poursuite de ses rêves numériques…

So what’s up ?

leave a comment »

Avant, Internet était peuplé de sites amateur, fait à l’arrache tant bien que mal sous FrontPage, Dreamweaver et ce qu’on peut de Photoshop. C’était l’époque où il n’y avait quasiment pas de sites professionnels. Tout était moche sur internet, du code de la page web et de ses tableaux HTML  jusqu’à la musique au format MIDI sur la page d’accueil. Je parle bien d’époque car tout cela était il y a seulement 10 ans en âge humain mais 100 ans en âge internet. Loin de moi la volonté de retracer l’histoire d’internet, mais quand on a vécu sans, puis avec la version 1.0 et enfin avec ce qu’il est aujourd’hui, on pense régulièrement à toutes ces transformations passées et celles qui l’attendent. Un peu comme un parent qui regarde son enfant grandir, la parenté en moins (bah du coup ça n’a plus de sens…mais enfin bref vous avez compris quoi). Internet est si peu – un billet sur un blog sans visiteurs – et à la fois si important – révolutionnaire et créateur de fortunes… – comment ne pas être passionné par tout cela ?

Depuis que j’utilise internet, j’ai toujours grincé des dents à la lecture d’articles/billets expliquant pourquoi le site en question n’était plus à jour. Étudiant dépassé ou journaliste-amateur d’une année, chacun a ses excuses, au demeurant toutes plus valables les unes que les autres. En effet, Internet est un outil, chacun l’utilise d’une manière différente et lui-même évolue pour proposer de nouvelles fonctionnalités. Dès lors un site n’a pas nécessairement vocation à vivre éternellement, surtout quand celui-ci est purement bénévole. J’ai toujours ce pincement au cœur à chaque fois que je lis ce genre d’articles. Au fond de moi, je me dis que son auteur n’a pas réussi à tenir le rythme, à tenir l’engagement que tout webmaster scelle au plus profond de soi-même au moment où il décide de se lancer. Et pourtant on devrait se féliciter de chaque site à l’abandon, photographie d’un espoir, d’une volonté, d’un rêve. Quelqu’un, quelque part, à une époque donnée, a voulu créer quelque chose et leur site est le vestige de cette création. Quelque part dans le cyber-espace (et pour combien de temps ?) se trouve ce que l’homme a de plus profond en soi. Alors pourquoi y voir un quelconque échec ?

Quant à moi, mes excuses, pêle-mêle: lecture de livres sur XHTML, CSS, PHP et MySQL, recherche d’emploi (en gras-souligné pour les RH/patrons) , lassitude du thème graphique de mon blog et peut-être de WordPress de manière générale, intérêt pour les offres plus orientée micro-blogging (Tumblr, Posterous), volonté de clarifier la ligne éditoriale avant de continuer, beaucoup de lecture et pas mal de films.

Et en plus de tout ça, j’ai déjà sauvé le monde trois fois. Et on ne m’a jamais dit merci…

Written by Piki

11 avril 2011 à 19:44

Publié dans Point de vue

Tagged with , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :